Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 07:52

C’est la réponse du berger à la bergère. Au lendemain des propositions du ministre du Travail, , dans nos colonnes, pour amender certains points de la réforme des retraites,  réplique : c’est du « rafistolage ». Le leader de la CFDT n’en démord pas : le  doit « revoir sa copie sur le fond ».

Confiant dans l’ampleur de la journée de demain, il promet déjà une nouvelle mobilisation.

Qu’attendez-vous de cette troisième journée de mobilisation sur les retraites ?
FRANÇOIS CHÉRÈQUE.
 Ce n’est pas parce que les députés ont voté le texte en première lecture qu’on ne peut plus faire changer la loi. Une nouvelle étape va se jouer au Sénat jusqu’à la mi-octobre. D’où la nécessité pour les salariés de continuer à peser. Cette journée doit être suffisamment forte, autour de 2 millions de manifestants, pour obtenir de nouvelles ouvertures du gouvernement. Je suis confiant car, au-delà du nombre de manifestants, on est en train de gagner le soutien populaire.


Le ministre de l’Intérieur a appelé avant-hier les Français à une grande vigilance face à des menaces terroristes. Cela ne risque-t-il pas de dissuader plus d’un manifestant ?
Si le gouvernement pense qu’il y a un risque, c’est à lui de prendre une décision de protection. A partir du moment où le ministre de l’Intérieur autorise les manifestations, c’est qu’il doit penser qu’il n’y a rien à craindre.


Eric Woerth a fait des ouvertures en faveur des travailleurs handicapés, des chômeurs âgés et des femmes. Est-ce suffisant ?
Le gouvernement est en train de se rendre compte que sa réforme n’est pas bonne. Au bout d’un moment autant changer de texte plutôt que de faire du rafistolage sur tout. Les dernières ouvertures démontrent que son projet de loi n’est pas juste, contrairement à ce que le gouvernement nous répète depuis cinq mois. Raison de plus pour lui demander de revoir sa copie sur le fond. Ce sont les fameuses bornes d’âge, les 62 et 67 ans qui provoquent ces inégalités. Tout le monde sait bien, les salariés les premiers, qu’il faut une réforme des retraites. A condition que les efforts soient partagés par tous et ne pèsent pas, comme c’est le cas, essentiellement sur ceux qui ont commencé à travailler jeunes ou ont eu des carrières incomplètes.


Comptez-vous sur les sénateurs pour faire évoluer la réforme ?
Je garde l’espoir de faire reculer le gouvernement sur les éléments essentiels de la réforme grâce à la mobilisation des salariés. Mais tout ce qui peut être obtenu dans le débat parlementaire est bon à prendre et sera à mettre à l’acquis de notre action syndicale. Les sénateurs, qui sont tout sauf des suivistes d’une politique injuste, sont de nature à comprendre qu’il faut faire évoluer ce texte.


En 2003, la CFDT jouait la carte réformiste. En 2010, elle se retrouve dans le camp des syndicats contestataires. Pourquoi ce revirement ?
La réforme de 2010 s’oppose totalement à celle que nous avons soutenue en 2003. La réforme Fillon reposait sur trois principes : la durée de l’espérance de vie détermine la durée de cotisation; la même durée de cotisation pour le public et le privé; un traitement différent pour les salariés qui ont commencé jeunes ou ont exercé des métiers pénibles.


Le dispositif des carrières longues défendu par la CFDT est pourtant maintenu…
Le gouvernement l’a reconduit, mais pas dans les mêmes conditions. Le fait de reculer l’âge de départ à minimum 60 ans pour les bénéficiaires revient à traiter plus durement un ouvrier qu’un cadre. Je rappelle qu’en 2003 nous avions obtenu le départ après 42 ans de cotisation maximum. L’ouvrier qui a commencé à 16 ans, sera forcé de travailler au total 44 ans. Un cadre qui a fait des études et commencé à travailler tard pourra toujours partir au même âge. Cela revient à sanctionner tous ceux ayant commencé à travailler jeunes.


Les avancées sur la pénibilité ne trouvent-elles pas grâce à vos yeux ?
Sur la pénibilité, la CFDT a fait une proposition simple : accorder une bonification de cotisation tous les dix ans pour les salariés exposés à des risques professionnels avérés comme le travail de nuit, le travail dans le bruit ou l’exposition aux risques toxiques… Le gouvernement répond, lui : départ à 60 ans pour ceux qui ont une incapacité. Ce n’est pas un système de pénibilité mais d’invalidité.


Que pensez-vous de la promesse du PS de rétablir les 60 ans s’il revient au pouvoir ?
Les politiques font les promesses qu’ils veulent. Je fais d’abord confiance à l’action syndicale et à ce qu’on peut obtenir aujourd’hui. Je dis aux salariés : « N’attendez pas 2012 pour vous mobiliser, c’est aujourd’hui qu’on fait changer les choses. » Sinon nous risquons la démobilisation. Nous sommes dans un combat syndical, pas dans un engagement politique.


Avez-vous eu des contacts récents avec le ministre du Travail ?
Je l’ai eu très récemment au téléphone pour lui réexpliquer notre point de vue. C’est mon travail de syndicaliste. Ce n’est pas moi qui décide du choix de mon interlocuteur.


Quelles suites envisagent la CFDT après le 23 septembre ?
Nous en discuterons vendredi avec les autres organisations. Si le gouvernement reste sourd une nouvelle fois, nous n’en resterons pas là. Nous sommes dans un mouvement durable. La CFDT ne se désolidarisera pas de l’intersyndicale. Mais on a toujours dit notre souhait de faire une nouvelle journée d’action un week-end pour ne pas pénaliser financièrement les salariés.

Source leparisien.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by titus53 - dans Sep 2010
commenter cet article

commentaires

Liste D'articles

  • Projet de loi El Khomri : les contre-propositions CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa et Fage
    ~~ Les organisations syndicales de salariés et de jeunesse CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Fage, se sont réunies le 3 mars 2016 pour travailler ensemble à des contre-propositions visant à la construction de droits nouveaux, à la réécriture de certains articles...
  • Interview de Laurent Berger
    ~L'avant projet de loi de Myriam El Khomri sur le droit du travail est très critiqué à gauche. Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, aura « du mal » à le voter et calera sa position sur celle des syndicats réformistes. Ce texte est-il...
  • Encore un pas de plus dans la lutte contre le paludisme
    Avis favorable du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) pour notre vaccin candidat Mosquirix® (RTS,S) Après plus de 30 années de recherche et l’une des plus vastes études cliniques jamais réalisée en Afrique,...
  • Dees embauches chez GSK
    GSK va recruter 100 personnes à Saint-Amand-les-Eaux Par Francis Dudzinski - Publié le 02 avril 2015, à 11h43 © DR Pour conforter l’augmentation de sa production de vaccins, dont un vaccin contre le paludisme, le laboratoire pharmaceutique GSK va recruter...