Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 18:25

La société Farméa ex Pfizer d'Angers recrute : voici les postes qui sont à pourvoir mais certains sont en CDD.

Si vous êtes intéressés, vous devez contacter les ressources de la société Farméa sur Angers

Liste des postes :

Poste Assistant DVPT Ana et Régl

Poste Opérateurs Condt

Poste Opérateurs Fab

Poste Resp CQ

Repost 0
Published by titus53 - dans Juillet 2008
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 07:51



Le soleil est présent, les vacances sont là et la charge ne va pas en diminuant. Nous nous demandons comment nous allons livrer tous ces volumes. Avec quel effectif ?

Notre constat qui est le vôtre, nous ne pourrons pas faire sans y laisser notre peau.

Il faut mesurer les écarts entre la situation de Décembre 2007 (annonce du plan) et celle attendue pour 2010.Il est bien entendu que cette réflexion doit avoir des impacts positifs sur l’emploi direct et indirect. Malheureusement, nous ne pourrons pas sauver Terras 1. Terras 1 qui a connu sa première visite d’un éventuel repreneur. Une visite dont les retours sont positifs, ses visiteurs sont d’un laboratoire pharmaceutique. C’est un signe encourageant dans la conjucture actuelle.


L'équipe d'adminitrateurs de ce blog vous souhaite de bonnes vacances

Dès aujourd'hui, en ligne l'accord sur la prime de transport, l'avenant n°1 intéressement 2007-2009, édito de la gazette n°4, édito gazette n° 5


     

Repost 0
Published by titus53 - dans Juillet 2008
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 18:35
 
Les syndicats ont refusé de discuter du texte patronal qui supprime la cessation anticipée d’activité pour les salariés ayant exercé des métiers pénibles. La balle est désormais dans le camp du gouvernement.


Au terme d’une rencontre qui a duré près de deux heures, organisations syndicales et patronales ont annoncé, le 16 juillet, l’échec de la négociation sur la pénibilité au travail. En effet, les syndicats ayant refusé de discuter du nouveau texte patronal qui supprime la possibilité d’accéder à une cessation anticipée d’activité pour les salariés ayant exercé des métiers pénibles (v. Bref social n° 15160 du 17 juillet 2008), le patronat a déclaré la fin de la négociation. Aucun relevé de conclusions, listant les points d’accord et de désaccord n’a été rédigé à l’issue de cette dix-huitième réunion. Les partenaires sociaux n’ayant pas abouti sur cette négociation prévue par la loi Fillon portant réforme des retraites du 21 août 2003 et lancée en février 2005, le gouvernement doit reprendre la main.


Réactions du patronat

François-Xavier Clédat, PDG de Spie Batignolles et chef de file de la délégation patronale, a affirmé prendre « acte des propos des organisations syndicales qui conduisent à la fin de cette négociation ». « Un accord nous semblait possible sur le volet prévention, mais aucun compromis n’est apparu sur la réparation ». « Nous sommes prêts à mettre en œuvre le dispositif d’allégement de la charge de travail que nous avons proposé, dont pourraient bénéficier plusieurs dizaines de milliers de salariés, mais les syndicats l’ont refusé », a-t-il déclaré, ces derniers sollicitant la mise en place d’une cessation anticipée d’activité. Or, François-Xavier Clédat a affirmé ne pas pouvoir « accepter de nouveaux régimes spéciaux ». En outre, selon lui, les organisations syndicales « souhaitent un accès automatique au dispositif de prise en compte de la pénibilité, elles rejettent les critères collectifs et individuels que nous leur proposons et demandent un financement plus élevé des entreprises, ce qui nous apparaît notoirement impossible ». Il a déploré que les « syndicats n’[aient] jamais bougé sur leurs positions », « ils n’ont fait aucune avancée, aucune proposition dans le sens de ce que nous proposions ».
François-Xavier Clédat s’est, en revanche, félicité que le récent rapport de la mission parlementaire sur la pénibilité au travail, présidée par Jean-Frédéric Poisson, député UMP (Bref social n° 15127 du 28 mai 2008), arrive à « des conclusions très proches de celles du patronat ».


Indignation et désillusion chez les syndicats

Les syndicats sont tous profondément déçus.
• Selon Jean-Christophe Le Duigou (CGT), « le Medef n’était pas venu à cette réunion avec une vraie volonté de négocier ». Pour lui, le dernier texte patronal est « en recul par rapport à tout ce que nous avions obtenu », « principalement sur le dispositif de cessation anticipée d’activité et le nombre de bénéficiaires potentiels ». « Nous sommes passés de 6 % d’une tranche d’âge concernée, soit 42 000 personnes, à 8 000 bénéficiaires potentiels ». Pour Jean-Christophe Le Duigou, « si le gouvernement reprend le dossier sur les mêmes bases que la patronat ou le rapport Poisson, nous allons buter sur les mêmes difficultés ».
• Jean-Louis Malys (CFDT), qui a regretté avec la CFE-CGC qu’aucun relevé de conclusions n’ait été rédigé, a considéré que les quatre points de blocage de la négociation concernaient le dispositif de prise en compte de la pénibilité : ses conditions d’accès, sa nature, son financement et le volume de salariés concernés. En revanche, pour lui, le titre I du texte patronal sur la prévention comportait des points positifs.
• Pour Michelle Biaggi (FO) qui s’est déclarée « pas seulement déçue, mais scandalisée », a déploré « trois ans et demi de gestation pour une fausse couche ». Elle a qualifié d’« irresponsable » le patronat. FO compte demander au gouvernement la création d’une nouvelle cotisation patronale sur la pénibilité.
• Selon Joseph Thouvenel (CFTC), en refusant un mécanisme permettant aux salariés ayant exercé des travaux pénibles de partir plus tôt à la retraite, la Medef a fait preuve d’« immaturité », et se « déshumanise ». « Nous allons maintenant nous battre auprès du gouvernement et des parlementaires pour les salariés victimes de la pénibilité ».
• De son côté, Danièle Karniewicz (CFE-CGC) avait « depuis longtemps le sentiment d’un échec » sur cette négociation et relevé de vrais blocages au niveau patronal. « Faire semblant de négocier quand on n’a pas la volonté d’aboutir porte préjudice aux partenaires sociaux ». Elle a interprété la suppression dans le dernier texte patronal du mécanisme de cessation anticipée d’activité comme « la préparation d’un texte au plus près des demandes du Medef, qui servira de base de discussion pour les pouvoirs publics ». Elle a aussi évoqué la responsabilité des syndicats d’avoir accepté cette négociation fleuve. « Tout le monde a tenu pour ne pas être responsable de la rupture ». « On peut maintenant espérer traiter le dossier avec d’autres acteurs. Il faut de vraies solutions pour les salariés concernés par la pénibilité du travail ».

Liaisons Sociales Quotidien, 18/07/2008
Repost 0
Published by titus53 - dans Juillet 2008
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 06:44
Propositions rejetées à plus de 80% chez GSK Heppignies
07.07.08 - 12:47 Le personnel de GSK Heppignies a rejeté lundi à plus de 80% les propositions négociées vendredi en vue de la fermeture du site fleurusien de l'entreprise, apprend-on de source syndicale. Cette fermeture concerne 270 travailleurs.

C'est apparemment sur les propositions faites aux prépensionnés que le vote a particulièrement achoppé, ceux-ci considérant que les propositions faites vendredi par la direction étaient insuffisantes. Ces prépensionnés, au nombre d'une septantaine, auraient en effet souhaité un accompagnement supérieur à ce qui leur a été proposé. Cela, alors que l'âge de la prépension allait être abaissé à 52 ans.

Des avancées avaient cependant pu être obtenues, vendredi, en ce qui concernait le départ vers le site de Rixensart des travailleurs qui souhaitaient rester au sein de l'entreprise.

L'usine GSK (ex Beecham) de Heppignies (Fleurus) est en grève depuis la mi-juin, après l'annonce faite par la direction de la multinationale de la fermeture du site. Après un premier préavis de grève, les négociations avaient pu reprendre mais un piquet de grève s'était mis en place, les travailleurs considérant alors qu'aucune avancée valable ne s'était manifestée, mise à part la possibilité de redéployer le personnel sur le site de Rixensart. Selon le calendrier avancé par la direction, la fermeture définitive du site de Heppignies est prévue pour décembre 2009, mais une fermeture partielle devrait déjà intervenir en novembre prochain.

Compte tenu du vote négatif intervenu lundi, le piquet de grève reste donc en place, en attendant la possible reprise de nouvelles négociations avec la direction de GSK.

Copyright photo: belga

Merci à J pour cette New

Repost 0
Published by titus53 - dans Juillet 2008
commenter cet article
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 09:27
Encore des tristes nouvelles, même si certaines étaient annoncées en Octobre 2007. Mais cela fait mal au coeur
La presse ne parle de GSK que pour annoncer des réductions d'effectif.

Ci-dessus des articles praus dans "ACTULABO" parus le 27 juin et le 11 juillet

Merci à J qui m' a communiqué ces dépêches

Nouvelle mesure de downsizing programmée chez GSK : l’effectif de l’usine de Maidenhead, dans le Berkshire (ouest londonien), sera réduit de 60 % d’ici à 2010 après la suppression de 287 des 480 emplois de ce site dédié aux produits de soins bucco-dentaires (dentifrices Aquafresh et Sensodyne, bains de bouche Corsodyl, brosses et pâtes Macleans). Selon les syndicats, la direction aurait indiqué que la production allait migrer vers l’Europe centrale. L’opération se fera par étapes : 95 postes vont être supprimés d’ici à fin 2009, puis 192 en 2010.
Par ailleurs, GSK pourrait également annoncer prochainement une réduction d’effectif sur le site de Montrose, dans le centre de l’Ecosse, spécialisé dans la fabrication d’API (l’anti-inflammatoire fluticasone et le bronchodilatateur salbutamol, l’anti-HIV abacavir, l’anti-hypertenseur lacidipine) : l’usine emploie actuellement environ 450 personnes.

C’est l’hécatombe chez
GSK. Quelques jours après avoir laissé entendre qu’il allait réduire de manière drastique l’effectif de son usine de produits OTC de Maidenhead (voir notre post du 27 juin), le laboratoire britannique vient d’annoncer la fermeture, programmée pour la fin 2011, de son unité de Crawley, située à quelques kilomètres de l’aéroport de Gatwick, au sud de Londres. Au total, GSK emploie 493 personnes à Crawley, alors qu’une première vague de 160 suppressions d’emplois, annoncée il y a un an, est en cours. « Cette mesure est la conséquence de la baisse des volumes, de l’allongement des délais réglementaires et de la chute de plusieurs brevets » a indiqué un porte-parole de la firme.
La production de cette unité spécialisée dans des médicaments à forte valeur ajoutée (VIH, maladies cardio-vasculaires et du SNC) devrait être progressivement transférée à Aranda (Espagne), Mississaugh (Canada) et Zebulon (USA).
Repost 0
Published by titus53 - dans Juillet 2008
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 14:22

Communiqué de presse n° 37 du 8 juillet 2008

Déclaration de Laurence Laigo, Secrétaire nationale

 

 

Augmentation des forfaits jours

La CFDT réaffirme son opposition

 

 

L’Assemblée nationale a porté à 235 le nombre de jours travaillés dans le cadre d’une convention de forfait. Concrètement, cela veut dire qu’en dehors des week-ends et des congés payés les salariés concernés pourraient sacrifier leurs jours fériés.

 

La CFDT ne s’est jamais opposée au principe du forfait pour certains cadres.  Cela leur permet de concilier une activité professionnelle intense avec leur vie personnelle, sous forme de jours de repos. L’expérience montre toutefois que cette organisation du travail se traduit souvent par des amplitudes horaires journalières et hebdomadaires très importantes. Etendre ce système à des salariés non-cadres tout en augmentant le nombre de jours de forfait est inacceptable pour la CFDT.

 

Le texte de loi « Rénovation de la démocratie et réforme du temps de travail » doit maintenant être discuté au Sénat. La CFDT rappelle son opposition à l’ensemble des dispositions qui concernent le temps de travail parce qu’elles auront pour conséquence d’aggraver les conditions de travail et de vie des salariés. 

 

Repost 0
Published by titus53 - dans Juillet 2008
commenter cet article

Liste D'articles

  • Projet de loi El Khomri : les contre-propositions CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa et Fage
    ~~ Les organisations syndicales de salariés et de jeunesse CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Fage, se sont réunies le 3 mars 2016 pour travailler ensemble à des contre-propositions visant à la construction de droits nouveaux, à la réécriture de certains articles...
  • Interview de Laurent Berger
    ~L'avant projet de loi de Myriam El Khomri sur le droit du travail est très critiqué à gauche. Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, aura « du mal » à le voter et calera sa position sur celle des syndicats réformistes. Ce texte est-il...
  • Encore un pas de plus dans la lutte contre le paludisme
    Avis favorable du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) pour notre vaccin candidat Mosquirix® (RTS,S) Après plus de 30 années de recherche et l’une des plus vastes études cliniques jamais réalisée en Afrique,...
  • Dees embauches chez GSK
    GSK va recruter 100 personnes à Saint-Amand-les-Eaux Par Francis Dudzinski - Publié le 02 avril 2015, à 11h43 © DR Pour conforter l’augmentation de sa production de vaccins, dont un vaccin contre le paludisme, le laboratoire pharmaceutique GSK va recruter...